Du Fail 2020, un défi…

On le sait, le présentisme est une des caractéristiques de notre temps. Nous vivons dans l’instant. Toujours plus, plus vite, plus fort, plus haut… mais tout de suite. Tel est le credo du jour. Vérité absolue ou chimère d’un modernisme en quête de superlatifs ? Pourtant dans ce tourbillon effréné, des voix se font entendre qui nous appellent au conservatisme… Certains mettent en avant le patrimoine et plébiscitent « Secrets d’histoire » et ce qui nous relie au passé.

De l’urgence d’être conservateur, tel est le titre d’un ouvrage récemment paru qui nous enjoint de garder pieusement tous ces héritages de notre Passé. Et si le « tablerasisme », cette doxa  héritée de la Révolution, avait atteint ses limites ? Ne confondons pas réactionnaire et conservateur. Celui qui avance dans la vie le regard dans le rétroviseur, n’est pas celui qui veut garder vivantes ces racines qui nous relient aux siècles écoulés. L’un est un nostalgique du passé, l’autre veut garder ce qu’il y a de bon dans son héritage.

Un arbre est plus fort par la vigueur de ses racines que par l’ampleur de ses ramures.

Etat du manoir en1974 Document Inventaire Général

C’est dans ce contexte que nous voulons faire « renaître » du Fail. L’Association ANF qui défend sa mémoire est convaincue que la redécouverte de ce patrimoine littéraire est une pépite à déterrer. Du Fail écrivain, frère de plume de Rabelais, est aussi un magistrat qui a laissé un traité de jurisprudence, premier du genre en Bretagne, qui est resté une référence jusqu’à la Révolution française. Mais aussi un humaniste qui dans ses Contes et Discours s’est montré dans le sillage des grands noms qui ont fait la Renaissance en France. Conteur, juriste et humaniste ; pour la Bretagne quelle figure d’exception ! Et pourtant combien de gens le connaissent ?

Comme l’écrit Marc Gontard dans l’Encyclopédie Bonneton en 1999 : « le premier écrivain majeur de cette époque dans la région rennaise, reste sans conteste Noël du Fail ». Sans conteste peut être mais aussi sans contexte, car  ces années là, le passé est passé de mode… Qui connait du Fail, qui s’intéresse au Rabelais breton à part quelques universitaires ?

Heureusement les temps changent. Les certitudes d’hier vacillent. On se rend compte que le présent est plus beau lorsqu’il a un passé… Marguerite Yourcenar nous disait qu’elle aimait que le temps nous porte et non qu’il nous entraine… La liberté ne passe pas par l’abandon de l’Histoire. L’homme sans histoire, sans culture, sans patrie, sans famille et sans civilisation n’est pas libre : il est nu et condamné au désespoir.

C’est pourquoi  2020 en Bretagne est une année capitale. Les Bretons doivent se souvenir qu’au XVIème siècle, a vécu un homme dont ils peuvent être fier.

Noël du Fail, une page facétieuse de la Bretagne
Noël du Fail, une page facétieuse de la Bretagne

Lui qui a vécu au moment des guerres de religion, de l’intolérance entre Catholiques et Protestants, nous a dit dans son Eutrapel des choses importantes. Il a prôné la tolérance et ses prises de position en faveur de la condition féminine, de la souffrance animale, sa dénonciation des abus de l’Eglise, de la corruption des gens de justice, comme sa sympathie pour les idées protestantes, recherchant tout ce qui pouvait améliorer l’homme, en font un personnage attachant, engagé, au cœur de son époque.  Mettre en lumière cette fière figure de notre patrimoine culturel est un devoir pour nous. Le mot qui convient le mieux à notre ambition est celui par lequel on définit son temps : Renaissance. C’est cela dont il a besoin : le faire sortir de la gangue d’oubli dans laquelle on l’a laissé petit à petit s’enfouir. Un beau challenge, un défi, une espérance. Puissions-nous être à la hauteur de ce pari… Avec  vous, votre soutien, votre engagement, nous pouvons faire de 2020 en Bretagne, l’année du Fail !  

«Du Fail en son demi-millénaire… », telle en sera son intitulé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *