LEON LADULFI ou le seigneur de la Herissaye

15,00

Ouvrage de 85 pages, de format A5, couverture souple, cette évocation romancée de la vie de Noël du Fail vous fera déambuler au fil du « beau XVIème siècle » dans son univers, depuis ses années d’enfance sur les bords de la Seiche jusqu’à sa mort en son « Hostel de la Herissaye », comme il affectionnait de le nommer, rue du Puits du Mesnil, à deux pas du Palais du Parlement actuel, le Dimanche 7 Juillet 1591.

Vous le verrez d’abord courir sur les bords de la Seiche, aller à la rencontre de Thénot du Coing, ce sage personnage qui le tenant par la main en promenade a fortement influé le regard qu’il portera plus tard sur le monde et les hommes, puis grandir et rêver du « royaume de Paris ».  Puis vous l’accompagnerez, encore bien gamin dans sa tête dans ses aventures parisiennes, de tripots en tavernes, joyeux drille insouciant ; vous le suivrez dans son tour de France des Universités se cherchant et cherchant à donner un sens à sa vie. Vous serez à ses côtés, jeune étudiant en Droit, tombant sous le charme de l’érudition de ses doctes professeurs Eguiner Baron et François le Douarën qui lui firent découvrir à Bourges « la beauté des loix », vous le verrez s’assagir et prendre enfin femme, avant de s’installer dans la vie et devenir Conseiller au Présidial de Rennes.

Installé dans la vie, établi, le sage juge assoit sa réputation pendant dix huit années de dur labeur dans cette institution créée par le roi Henri II et surchargée de travail par l’explosion en ce milieu de siècle de la « chicane ».

Erudit, docte magistrat, il garde néanmoins une âme facétieuse qui le conduit à prendre plume pour peindre sa société et son temps. Des Propos Rustiques, œuvre de jeunesse écrite alors qu’il n’avait pas encore trente ans, aux Contes et Discours d’Eutrapel, production de sa maturité publiée en 1585, vous percevrez l’intemporalité de son message, et la profondeur de ses analyses, toujours émaillées de saillies gaillardes, sans tomber dans la vulgarité. De nature gaie, enjouée – Eutrapel son pseudonyme dans ses écrits a ce sens en grec -, il observe, peint ces personnages et les milieux qu’il hante, tant à Paris dans sa jeunesse que plus tard dans l’univers de la magistrature, les avocats et les juges, leurs faiblesses, leur orgueil, leur prévarication.

Survol de sa vie et de son œuvre littéraire, tout à la fois biographie romancée mais qui essaie par de nombreux extraits et citations tirés de ses recueils de garder la saveur de la langue du XVIème siècle, cette publication vous permettra d’avoir une bonne connaissance de ce lointain personnage, original et attachant, qui reste une des figures principales de la Renaissance en Bretagne.

Catégorie :

Description

4ème de couverture de l’ouvrage

Noël du Fail n’occupe pas aujourd’hui la place qui lui revient, parmi ceux qui sont considérés classiquement comme « faisant » la littérature du XVIème siècle.La réédition au XIXème siècle de ses Œuvres Facétieuses, par des éditeurs d’horizons divers, a montré qu’à cette époque ses écrits suscitaient toujours de l’intérêt.
Si ce vieux conteur d’un temps si éloigné du nôtre, se révélait avoir des lecteurs et des admirateurs, c’est parce qu’il avait été capable de peindre avec talent une société, celle de la campagne rennaise du milieu du XVIème siècle, avec un style vivant, et plein de verve.
Il ne procède pas par formules générales, comme les moralistes de profession, mais artiste né, tout chez lui tourne au conte ou au tableau, sans chercher à idéaliser, sans voiler le laid, ou le trivial, il peint avec un art singulier de mettre en relief les traits curieux, plaisants, ou originaux du monde dans lequel il introduit son lecteur. Il est de l’école hollandaise, il peint la vie de tous les jours, les mœurs populaires, ce qu’il a vu et connaît parfaitement, les milieux qu’il a hantés, la vie qu’il a vécue.
Etudiant, il nous montre les professeurs dans leur chaire, les écoliers dans les tripots et les tavernes, leurs expéditions aux vignes de Vauvert dans le Sud de Paris, leurs gais pèlerinages à Saint Jean d’Amiens.
Magistrat, il l’a été pendant 30 ans, et il nous donne une pleine galerie de scènes et de figures de l’institution judiciaire, depuis le chancelier jusqu’au bourreau.
Né et élevé à la campagne, il a toujours aimé y passer beaucoup de temps : il nous fait partager cette vie rurale du XVIème siècle, le quotidien des robins et des petits gentilshommes de sa condition. Ce ne sont pas contes en l’air ou affabulations : il nomme les lieux, les hommes, les choses et il est possible aujourd’hui encore de situer les villages, les hameaux, les lieux dits où ses Propos ont pris naissance.A travers cette biographie romancée, nous espérons permettre au lecteur de resituer sa vie, son parcours, ses errances, et à travers des extraits de son œuvre, certains de ses aphorismes, lui donner envie de découvrir le pittoresque de ses écrits, leur fraîcheur, et la sagesse de conclusions qui toujours aujourd’hui peuvent paraître d’actualité.Du Fail est avant tout un observateur, un peintre de mœurs de premier mérite.Ses Propos Rustiques, ses Baliverneries tout comme ses Contes et Discours d’Eutrapel, sont de vraies mémoires vivantes, savoureuses, souvent pétillantes d’esprit gaulois, et ont de plus pour notre Bretagne une valeur historique, que nous nous devons de mettre en valeur.Celui qui fut surnommé par un de ses contemporain, le ‘Rabelais Breton’, mérite de partager avec l’auteur de Pantagruel une partie de la gloire que la postérité lui a accordée.

L’auteur

Pierre MAILLARD, né en 1954, a croisé le chemin de Château Letard en Avril 2003.
Il tomba amoureux de ce lieu, et restaura le vieux manoir natal des du Fail qui menaçait ruine. Après plus de deux années de travaux d’arrache-pied, il se consacra à retracer l’histoire de cette terre noble qui remonte à Guillaume de Chasteaulestart en 1342. Et plus particulièrement à écrire sur Noël du Fail, à retracer sa vie et mettre en lumière la qualité et l’originalité de son œuvre littéraire, espérant par là contribuer à lui redonner la place qu’il mérite au Panthéon de la littérature bretonne.

Informations complémentaires

Poids 136 g